Afterwork Real Estech du jeudi 30 Novembre 2017 à la Sorbonne

 

C’est toujours un plaisir d’assister à l’Afterwork Real Estech le dernier jeudi de chaque mois.

Real Estech évolue, et c’est pour le meilleur, avec de plus en plus de participants, et surtout des intervenants de qualité.

Pour rappel, Real Estech s’attache à quatre sujets :

  • La  Finance : baisser le coût du capital apporté par l’investisseur
  • La Construction : réduire le coût du travail réalisé par le constructeur
  • Le Management
  • L’Occupation : Coliving et Coworking

En décembre ils remettront au gouvernement un Livre blanc sur les normes qui brident le secteur, par exemple pour la profession de syndic, vous pouvez leur transmettre vos idées.

 

Une start-up a particulièrement attiré mon attention : Quasiaqui

La jeune pousse a anticipé la mutation de notre société d’emplois industriels vers une société de services, et donc d’emplois indépendants de type agent commercial.

Ne bénéficiant pas de CDI, si chers à nos banque pour obtenir un emprunt, les travailleurs indépendants sont pour le moment dans l’impasse pour acquérir un bien immobilier.

Or cette génération de millenials souhaite devenir propriétaire.

Pour les vendeurs, l’inversion de la pyramide des âges a pour conséquence une population plutôt vendeuse jusqu’en 2045.

Dans un marché où l’offre est largement supérieure à la demande, c’est à dire hors des grandes agglomérations, cette offre est particulièrement adaptée.

C’est en fait une location avec accession, avec un acte signé chez le notaire, donnant droit au versement d’une redevance avec choix de la ventilation entre loyer et épargne, ce qui rassure le propriétaire, voir le banquier.

La start-up vise pour clients les agents immobiliers.

Nous souhaitons tout le meilleur à Jean Baptiste !

 

Autre présentation particulièrement intéressante : Sogeprom

La filiale de la Société Générale ne crée plus des appartements, mais des lieux de vie.

Ainsi le projet Ampère E+ est un immeuble avant-gardiste primé dans le monde pour ses innovations :

  • Les occupants disposent d’une application mobile pour contrôler la température et les lampes de leur espace
  • Ce logiciel tient lieu de badge virtuel pour l’accès au site
  • Le logiciel permet les paiements au restaurant d’entreprise.
  • Il indique aussi les salles de réunion libres, dont certaines sont équipées d’une connexion Li-Fi grâce à des luminaires conçus par l’entreprise Lucibel.
  • En matière d’énergie, les ascenseurs génèrent ainsi de l’électricité au freinage.
  • L’immeuble utilise aussi les accumulateurs usagés de véhicules électriques pour stocker l’électricité dans les bâtiments.
  • L’immeuble francilien abrite déjà deux batteries qui emmagasinent le courant provenant des panneaux photovoltaïques en toiture ou des ascenseurs et le libèrent au gré des besoins. 
  • La qualité de l’air n’est pas négligée. 
  • Le promoteur expérimente également les micro-organismes nettoyants de la jeune entreprise belge BioOrg. Ces bactéries, vaporisées sur les surfaces, s’agrègent autour de particules polluantes contenues dans l’air, les entrainent au sol, et les ingèrent. Elles neutralisent ainsi les mauvaises odeurs.

 

Nous attendons avec impatience le prochain after work !

Vous pouvez liker, commenter et partager cet article pour en faire bénéficier vos connaissances.

Jacques Doassans

 

En complément vous pouvez aussi consulter mon autre blog : Le Déj Immo 

 

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *